Projet scientifique

Dans notre « monde en miettes » qui fait rimer concurrence avec coopération, le levier traditionnellement associé à la puissance étatique dans les relations internationales – l’outil militaire – apparaît de plus en plus difficilement maniable. En effet, le paradoxe est saisissant : depuis la fin de la Guerre froide, on constate que l’action militaire, même en engageant des ressources humaines, technologiques et économiques considérables, n’a que très rarement réussi à atteindre les objectifs politiques visés. Dans le même temps, la nature conflictuelle de la politique internationale pousse les responsables politiques à réserver une place privilégiée à l’élément militaire dans leurs arsenaux de puissance.

Dès lors, comment penser la puissance militaire dans notre environnement stratégique ? Comment utiliser l’outil militaire comme élément performant de « la grammaire subtile et changeante » de la puissance?

Le groupe de travail « Puissance Militaire au 21eme siècle  » prévoit de travailler selon deux axes : L’essence de la puissance et exercice de la puissance militaire. Le premier axe, l’essence de la puissance, se penchera sur les questions d’ordre conceptuel. Comment penser la puissance, et plus concrètement la puissance militaire, dans les relations internationales d’aujourd’hui ?

Le second axe, l’exercice de la puissance, se propose d’explorer les capacités des Etats de se servir de l’outil militaire. Quels sont les ressorts de la puissance militaire au 21e siècle ? Comment peut-elle servir des objectifs politiques dans un environnement international interdépendant et hyper-compétitif ?

Activités à venir en 2019:

Série d’évènements sur comment penser la puissance militaire dans les relations internationales d’aujourd’hui, et comment l’utiliser : Le cas de la Russie et de la Chine

Activités passées:

Puissance militaire, «arme» de paix? Panel Colloque annuel d’AEGES, 5 décembre 2018, Lille

Président Jean-Marc Lefranc (Université Catholique de Lille), discutante Delphine Deschaux-Dutard (Université de Grenoble)

  • Chloé Berger (NATO Defense College), «Contrer la violence contemporaine – quel rôle pour le militaire?»
  • Sarah Durelle-Marc (Université Catholique de Lille), «L’élément militaire dans la stratégie de sécurité de l’Union Européenne»
  • Johanna Möhring (Paris II), « L’Allemagne et ses difficultés persistantes de penser l’outil militaire»
  • Dorothée Lobry (Cabinet du Gouverneur militaire de Paris), « RETEX sur le combat en zone urbaine en opérations extérieures»

Atelier WIIS France/ AEGES: Les femmes, actrices de la paix?, Colloque annuel d’AEGES, 6 décembre 2018, Lille (cf. programme)

Présidente Johanna Möhring, Comité de direction, WIIS France

  • Les femmes comme outil des stratégies militaires occidentales : Elena Lysak (EHESS), «Entre Gardienne de paix et Soldat de guerre. Le rôle ambigu des épouses de militaires dans le monde contemporain»
  • Les femmes, actrices de violence: Anne Morelli (U.L.B.), «Les femmes aimentelles la guerre?»

Journée d’Etude – Exercice de Scénario “Les avenirs de la coopération militaire en Europe» , 14 mai 2018, Paris II Panthéon-Assas

Comment la coopération militaire se développera-t-elle en Europe, sous l’impression du changement géopolitique systémique? Quel outil militaire pourra émerger prenant en compte les concepts de puissance militaire français, allemands et britannique, ainsi que leurs préférences de coopération ?

« Armées Professionnelles – A l’Aube d’une Transformation Fondamentale? », Panel colloque Annuel d’AEGES, 14 décembre 2017, Paris Sorbonne

Panel présidé par Benoît d’Aboville, avec Julien Malizard, Bénédicte Chéron, Philippe Chapleau et Johanna Möhring

Responsables

Johanna Möhring

Johanna Möhring est « Senior fellow » au Institute for Statecraft à Londres, où elle dirige le programme « The Nature of Power in the 21st Century », et chercheur associée au Centre Thucydide (« Pari impossible, pari indispensable : La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni et l’avenir de la coopération militaire en Europe », thèse dirigée par Serge Sur, Paris II Panthéon-Assas). Elle est présidente de Women In International Security (WIIS) France.

jmoehring @ statecraft.org.uk

896cb9_95fa5e7a4508417bb3886946772ef853-mv2

Pierre Bourgois

Bourgeois Pierre

Pierre Bourgois est Docteur en science politique de l’Université de Bordeaux (Centre Montesquieu de Recherches Politiques: CMRP-IRM), où il a soutenu une thèse, en novembre 2018, intitulée: « Est-il l’un des leurs? Francis Fukuyama et le néoconservatisme américain ». Il travaille notamment, concernant les questions internationales, sur la politique étrangère des États-Unis, la promotion de la démocratie, ainsi que sur les interventions militaires et différents conflits armés. Doctorant contractuel de 2013 à 2016, il est, depuis septembre 2017, attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université de Bordeaux. Il fut par ailleurs chercheur invité à l’Université de Berkeley (Californie) en 2015.

pierre.bourgois @ hotmail.fr