Projet scientifique

Dans notre « monde en miettes » qui fait rimer concurrence avec coopération, le levier traditionnellement associé à la puissance étatique dans les relations internationales – l’outil militaire – apparaît de plus en plus difficilement maniable. En effet, le paradoxe est saisissant : depuis la fin de la Guerre froide, on constate que l’action militaire, même en engageant des ressources humaines, technologiques et économiques considérables, n’a que très rarement réussi à atteindre les objectifs politiques visés. Dans le même temps, la nature conflictuelle de la politique internationale pousse les responsables politiques à réserver une place privilégiée à l’élément militaire dans leurs arsenaux de puissance.

Dès lors, comment penser la puissance militaire dans notre environnement stratégique ? Comment utiliser l’outil militaire comme élément performant de « la grammaire subtile et changeante » de la puissance?

Le groupe de travail « Puissance Militaire au 21eme siècle  » prévoit de travailler selon deux axes : L’essence de la puissance et exercice de la puissance militaire. Le premier axe, l’essence de la puissance, se penchera sur les questions d’ordre conceptuel. Comment penser la puissance, et plus concrètement la puissance militaire, dans les relations internationales d’aujourd’hui ?

Le second axe, l’exercice de la puissance, se propose d’explorer les capacités des Etats de se servir de l’outil militaire. Quels sont les ressorts de la puissance militaire au 21e siècle ? Comment peut-elle servir des objectifs politiques dans un environnement international interdépendant et hyper-compétitif ?

Activités 2017-2018:

Journée d’Etude – Exercice de Scénario “Les avenirs de la coopération militaire en Europe» , 14 mai 2018, Paris II Panthéon-Assas. 

En Europe, trois pays – La France, la Grande Bretagne et l’Allemagne – sont en mesure, par leur statut politique et diplomatique, par leur doctrines nationales, ainsi que par leurs ressources économiques d’influencer significativement la question des futures capacités militaires européennes. Tous les trois perçoivent la nécessité de coopérer, mais ont des notions différentes sur les formes que devraient prendre cette coopération.

« Comment la coopération militaire se développera-t-elle en Europe, sous l’impression du changement géopolitique systémique?
Quel outil militaire pourra émerger prenant en compte les concepts de puissance militaire français, allemands et britannique, ainsi que leurs préférences de coopération ? »

Cette journée d’étude bilingue (français et anglais) organisée conjointement par le Centre Thucydide et The Institute for Statecraft, et soutenue par AEGES Guerre et Stratégie et l’OTAN a rassemblée chercheurs et experts de la coopération militaire en Europe avec des praticiens de Londres, Paris et Berlin. Elle avait pour but d’explorer les priorités stratégiques de la France, la Grande-Bretagne et de l’Allemagne et comment elles se conjuguent avec les préférences de leurs partenaires européens afin de simuler des trajectoires de développement possibles dans le domaine de la coopération militaire en Europe dans différents contextes institutionnels européens. 

Panel « Armées Professionnelles – A l’Aube d’une Transformation Fondamentale? », 14 décembre 2017, présidé par Benoît d’Aboville, avec Julien Malizard, Bénédicte Chéron, Philippe Chapleau et Johanna Möhring. Colloque annuel d’AEGES « Le soldat et le citoyen », 13-14 décembre 2017, Paris, Sorbonne http://www.aeges.fr/2017/07/03/soldat-citoyen-colloque-annuel-aeges-13-14-decembre-2017/

Activités prévues:

Série de films sur comment penser la puissance militaire dans les relations internationales d’aujourd’hui, et comment l’utiliser? : L’objectif est de montrer deux films par an, un par axe de réflexion suivi d’une discussion.

« Comment penser la puissance militaire comme vecteur de puissance parmi d’autres?», Panel, Colloque annuel d’AEGES, décembre 2018

Responsables

Johanna Möhring

Johanna Möhring est « Senior fellow » au Institute for Statecraft à Londres, où elle dirige le programme « The Nature of Power in the 21st Century », et chercheur associée au Centre Thucydide (« Langages de puissance – La France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’avenir de la coopération militaire en Europe », thèse dirigée par Serge Sur, Paris II Panthéon-Assas). Elle est membre du conseil d’administration de WIIS UK (Women in International Security) et de Open Europe. Elle détient la double nationalité française et allemande.

jmoehring @ statecraft.org.uk

896cb9_95fa5e7a4508417bb3886946772ef853-mv2

Aurélien Barbé

Aurélien Barbé est chercheur associé au Centre Thucydide et docteur en droit public, mention Relations internationales, de l’Université Paris II Panthéon-Assas. Il a notamment soutenu une thèse, sous la direction du Professeur Serge Sur, intitulée : « La puissance et les relations internationales : essai sur un concept controversé ». Ses sujets de recherche portent précisément sur l’évolution de la puissance dans les relations internationales ainsi que, plus généralement, sur la Théorie, la philosophie et l’histoire des relations internationales. Il a également enseigné à l’Université (Paris II et Paris XI) le droit public et les relations internationales.