Les études sur la guerre (War Studies) s’intéressent au phénomène guerrier considéré comme un fait social total (historique, politique, économique, culturel, philosophique, etc.). Le monde académique anglo-américain a admis de longue date la légitimité et l’importance de ce champ d’études, comme en témoigne par exemple la création du département des War Studies du King’s College London (1962). Au sein des études sur la guerre, les études stratégiques (Strategic Studies) se concentrent sur la préparation et la conduite de la guerre.

En France, en dépit d’une réflexion ancienne, d’initiatives nombreuses et d’un potentiel croissant, le champ reste fragmenté. D’une part, la recherche institutionnelle est éclatée dans une profusion d’instituts dont les publications souffrent d’un manque de visibilité, de crédibilité scientifique et d’influence. D’autre part, la recherche à l’université est divisée dans des silos disciplinaires (histoire, science politique, droit, sociologie, etc.) qui pourraient dialoguer davantage.

Aujourd’hui, un nombre croissant de jeunes chercheurs formés en France comme à l’international se consacrent aux questions stratégiques dans un contexte où les war studies sont de plus en plus vigoureuses et prises au sérieux, grâce notamment au soutien de l’IRSEM et de l’IHEDN.

L’Association pour les Études sur la Guerre et la Stratégie (AEGES) est une plateforme indépendante et transdisciplinaire, et a pour objectif de contribuer à développer la recherche scientifique, faire reconnaître et promouvoir ce champ d’études dans le monde universitaire. Elle cherche à approfondir le lien entre le monde académique qui travaille sur la guerre et la stratégie (notamment la nouvelle génération de chercheurs) et l’ensemble des acteurs civils et militaires concernés.

L’association est résolument interdisciplinaire, car les études sur la guerre et sur la stratégie supposent un regard transversal. Ses activités intègrent l’ensemble des sciences humaines et sociales. Elle est organisée en sections thématiques et comprend un conseil d’administration et un conseil scientifique.

Objectifs scientifiques

Concrètement, l’AEGES se donne quatre objectifs complémentaires :

  • Être un espace de mise en relation et de dialogue entre chercheur.e.s s’intéressant à la guerre et à la stratégie, quelle que soit leur discipline de rattachement ou leur approche épistémique et méthodologique. Une attention toute particulière est portée à l’intégration des jeunes chercheur.e.s dans ces réseaux de recherche en développement.

  • Soutenir la recherche et contribuer à la valorisation et diffusion des travaux universitaires sur la guerre et la stratégie. L’une des principales actions menées par l’AEGES est ainsi l’aide à la publication d’ouvrages. Dans le même esprit, l’AEGES accorde une grande importance à la mise en valeur des travaux des jeunes chercheur.e.s, notamment via l’organisation d’un prix de thèse et de mémoire.

  • Participer à la mise en relation des différents acteurs intéressés par les études sur la guerre (universitaires, militaires, entreprises de défense, centres de recherche indépendants, etc.). L’AEGES travaille à promouvoir une recherche indépendante à caractère scientifique et universitaire, tout en encourageant les échanges entre le monde académique et l’ensemble des acteurs civils et militaires concernés.

  • Soutenir la participation des universitaires au débat public sur les questions relatives à la guerre et la stratégie.

Si tu veux la paix, connais la guerre »
(Gaston Bouthoul, Traité de polémologie, 1970, Payot)

Ainsi, être membre de l’AEGES c’est :

  • Contribuer à l’émergence et à la structuration d’un champ d’étude encore trop
    méconnu et lacunaire en France ;

  • Reconnaître l’apport d’une recherche indépendante et rigoureuse, attachée à
    défendre la spécificité du regard universitaire sur ces objets ;

  • S’engager en faveur d’une nouvelle génération de chercheur.e.s et de la valorisation
    de leurs travaux ;

  • Participer au développement et de la diffusion de savoirs universitaires
    appréhendant la guerre dans la diversité de ses manifestations et de ses enjeux
    (militaires et politiques, bien sûr, mais aussi artistiques, culturels, économiques,
    sociétaux, etc.)